Comment gérer les repas de fêtes ?


🎁 LE RÉSUMÉ DE LA VIDÉO : https://lescookineriesdaurlia.activehosted.com/f/55

📝 C’EST QUOI CETTE VIDÉO ?
Les repas de fêtes ou comment manger à s’en péter le bide ! Regardez ma vidéo pour savoir comment gérer votre faim, vos émotions et prendre malgré tout du plaisir à partager votre #repasdefêtes en famille.

Points clefs de la vidéo 

Aujourd’hui nouvelle vidéo spéciale fêtes de fin d’année. Je vais vous expliquer comment gérer les repas de fêtes, notamment Noël mais aussi le jour de l’An. Et ça peut accessoirement vous aider pour d’autres repas entre amis, ou un peu copieux, les anniversaires. Bref, tout ce qui est en rapport avec les repas bien copieux en famille.

Comment bien gérer les repas de fêtes : la notion de plaisir avant tout !

Premièrement, on va parler du plaisir. Parce que ces repas de fêtes, Noël et jour de l’An, ça n’arrive qu’une fois dans l’année, il ne faut pas oublier de se faire plaisir et prendre du plaisir à manger, parce que c’est important.

Si vous essayez de contrôler, vous savez très bien que qui dit contrôle, dit perte de contrôle. Au final, ça sera voué à l’échec. Vous aurez en plus des sentiments de culpabilité, de honte, de frustration. Et vous allez gâcher ce plaisir de fête, de convivialité, et ça serait bien dommage.

Dites vous aussi que si vous prenez du poids pendant les fêtes de fin d’année, c’est vrai qu’en général on a tendance à prendre un ou deux kilos, en plus avant il y a les raclettes et compagnie, eh bien c’est pas grave ! Parce que ça reste quelque chose d’occasionnel, normalement, à moins que vous ne fêtiez Noël tous les mois.

Oui, vous allez beaucoup manger.

Mais si vous respectez vos sensations alimentaires, vos sensations de faim, par la suite, sur les jours qui suivent les repas de fêtes, votre corps, qui est bien intelligent, qui sait très bien se débrouiller sans vous, va tout faire pour compenser ces excès, et va vous envoyer des signaux de faim moins présents.

Vous aurez moins faim, donc vous allez moins manger, et vous allez compenser ces excès. Même si vous avez pris du poids, vous allez normalement les reperdre petit à petit.

Bien souvent, au final, on se rend compte que si on se fait vraiment plaisir sans trop réfléchir, on se rend compte qu’on prend rarement du poids, ou alors très peu.

Et au final, en faisant la moyenne sur le mois, vous n’avez pas pris plus de poids que ça.

Prenez du plaisir, Noël et jour de l’An c’est pas tous les jours, profitez de ce moment. Il n’y a pas que le repas, il y a aussi le plaisir de partager un bon repas en famille, de se revoir, de partager des bons moments. S’offrir des cadeaux, revoir des personnes qu’on n’a pas vues depuis longtemps. C’est vraiment un moment de partage et de convivialité et ça doit être pris en tant que tel.

Evidemment, le repas qu’il y a autour, ça fait comme un gros paquet cadeau, ça permet de rendre le moment plus délicieux, sans mauvais jeu de mots. Profitez vraiment de l’ensemble du repas. Si vous n’avez pas le bon repas, il va vous manquer quelque chose. Si vous n’avez pas la convivialité, le partage, le côté social de cette fête, il va vous manquer quelque chose aussi, même si vous avez mangé du homard.

Profitez de ces instants dans leur intégralité. C’est pas tous les jours, il faut en profiter !

Comment bien gérer les repas de fêtes : la gestion de votre faim

Deuxième point sur lequel vous pouvez faire attention pour gérer ces repas, c’est votre faim.

Savoir écouter ses sensations de faim c’est primordial quotidiennement mais ça l’est aussi pendant ces repas.

Vous savez très bien que vous aller manger sans avoir faim.

En général, mémé vous a préparé les huitres, le foie gras, les escargots, le saumon fumé, il y a 36 000 trucs, bien souvent après l’entrée vous n’avez plus faim du tout. Sauf qu’il reste encore le plat de viande, la garniture, le fromage, la bûche de Noël, les glaces, sans parler des chocolats et compagnie.
Concrètement, vous allez manger sans faim, c’est sûr, ne vous voilez pas la face. Tant pis, tant pis pour cette fois, je vous l’ai dit, ça n’arrive pas tous les jours, donc vous le savez, vous allez le faire en pleine conscience, vous allez manger sans faim.
C’est un peu délicat de dire à mémé « non j’ai plus faim, j’arrête de manger » alors qu’elle a passé toute la journée dans la cuisine, franchement…

Par contre, rien ne vous empêche de ne pas vous gaver !

C’est pas parce que vous n’avez plus faim et que vous ne voulez pas vexer mémé, qu’il faut prendre une cuisse entière de pintade avec 5 pommes de terre, vous n’êtes pas obligé, vous pouvez aussi ne prendre que des petites quantités, notamment si vous avez la chance comme moi d’avoir une grand-mère qui fait 36 000 plats différents !
Vous n’êtes pas obligé de prendre de grosses quantités de tout. Au contraire, prenez des petites quantités de chaque pour vous permettre de tout goûter et ne pas arriver à la fin de l’entrée avec un bide énorme et ne plus pouvoir rien manger sans risquer d’aller vomir dans les toilettes.

N’oubliez pas que si vous ne prenez pas de plaisir à manger, et souvent quand on n’a plus faim on n’en prend pas, au final ça ne sert à rien et c’est un peu nul.

En ce qui concerne les différentes sensations de faim, faites attention à ne pas confondre une vraie faim avec la soif et avec une envie de manger émotionnelle.
Si vous y arrivez, prenez le temps de réfléchir au fait de savoir si vous avez vraiment faim ou si ce n’est pas plutôt parce que vous êtes contents de revoir tata Huguette. Ou alors de savoir si vous avez faim alors que c’est votre corps qui est déshydraté et que vous confondez toutes les sensations.

Prenez le temps de réfléchir à ça avant d’engloutir tous les petits fours.

Comment bien gérer les repas de fêtes : manger en pleine conscience

Autre chose également, un point qu’on oublie de faire quand on manger le repas de Noël ou du jour de l’An, c’est qu’on est tellement content, qu’on mange très vite, même si le repas dure des heures, une fois qu’on est servi dans l’assiette, comme on va beaucoup discuter, on n’est pas assez attentif à ce qu’on a dans l’assiette, on ne fait pas attention à ce qu’on mange, et bien souvent, on engloutit sans s’en rendre compte parce qu’on papote. Au final, on se rend compte qu’il n’y a plus rien dans l’assiette au bout de cinq minutes, du coup on se ressert une deuxième fois, et ainsi de suite, et c’est là qu’au final, à la fin du repas, vous êtes complètement gavé et vous avez mal au bide parce que vous avez avalé plein d’air en mangeant.

Bref, je ne suis pas en train de vous dire qu’il ne faut surtout pas discuter avec votre famille, loin de là,

Mais essayer de prendre le temps de manger.

C’est-à-dire que quand vous allez arrêter de manger et écouter l’autre personne, profitez en pour poser votre fourchette, respirer un grand coup, finir ce que vous avez dans la bouche, de bien mastiquer, de bien déguster, de vous rendre compte de ce que vous avez dans la bouche, de ce que le merveilleux plat de mamie qui a cuisiné toute la journée vous propose en saveur.
Faites de pauses, et ça vous permettra de vous laisser une petite place pour le dessert. Ce serait dommage de louper le dessert, quand même !

Le grignotage social

Enfin, en ce qui concerne la faim, je voulais aussi parler du grignotage, parce que oui, on peut grignoter au repas de Noël, surtout si on vous offre des chocolats avant le repas. Vous avez l’apéro, les cacahuètes, les chips, etc., donc on a tendance à piocher sans s’en rendre compte, en discutant.
Sachez que de toute façon comme je vous l’ai dit dès le début, c’est le repas de Noël, vous allez forcément grignoter, ne vous contrôlez pas sinon ça sera pire.

Faites le en pleine conscience, sachez que ça va arriver. Mais dans ce cas, profitez pleinement de ce moment. C’est ce qu’on appelle le grignotage social, tous les grignotages ne sont pas mauvais. C’est un moment de partage, de convivialité. Vous allez vous rendre compte que vous allez très certainement grignoter quand vous êtes en pleine discussion. Quand vous êtes seul, à moins que ce soit une émotion, l’ennui ou autre qui vous fasse manger, mais sinon, c’est du grignotage social, donc tant pis, vous savez que ça va arriver, ne culpabilisez pas à l’avance, ce serait dommage.

Les émotions

Enfin, je voulais parler de vos émotions. Parce que oui, vous allez ressentir beaucoup d’émotions à Noël, des positives comme des négatives.

Et si vous êtes sujet au craquage émotionnel, c’est-à-dire que dès que vous avez une émotion qui vous submerge, vous vous jetez sur la nourriture pour compenser cette émotion et pour l’étouffer, vous risquez évidemment de craquer et beaucoup réagir pendant ces moments.

Déjà, il faut en avoir conscience avant même de commencer le repas, il ne faut pas faire l’autruche, c’est probable que vous craquiez.

Au final, tout le monde craque un peu dans ces périodes.

Essayez de prendre le repas dans son ensemble, de prendre du plaisir. Essayez de vous servir de tous vos sens, et pas seulement le goût et juste le repas, les aliments. Prenez toutes les émotions qui vont vous envahir grâce à ces sens.
Je m’explique : le sens de la vue, avoir une belle table décorée, une belle assiette, une belle présentation, ça peut aussi vous nourrir autrement que par l’alimentation.

Un autre sens, l’ouïe, d’entendre et de discuter avec vos proches, parfois des proches qu’on n’a pas vu depuis longtemps, ça aussi, ça peut vous nourrir, vous pouvez prendre du plaisir avec ce sens.

Donc profitez vraiment de tous vos sens et de tous les plaisirs que peuvent vous apporter ce genre de repas.

Puisqu’évidemment, il n’y a pas que la nourriture qui peut combler des manques chez vous et vous faire du bien.
Petite astuce si jamais vous sentez qu’une émotion est en train de vous envahir, de vous submerger, que vous sentez que vous allez craquer ou que vous craquez,

Essayez de noter l’émotion que vous avez ressenti avant de craquer.

C’est pas pour vous mettre le nez dans vos problèmes, quoi que si entre guillemets, mais c’est vraiment pour que vous soyez déjà pleinement conscient de pourquoi vous avez craqué, et tout simplement parce que le fait de savoir, de ne pas faire l’autruche, de comprendre au final votre geste, permet de mieux le gérer et mieux l’accepter.

Si vous vous sentiez mal, si vous avez vraiment une gêne, un inconfort, peut être que vous ressentiez du réconfort, de l’apaisement, peut être que vous recherchiez une forme de récompense. Essayez de déterminer ce que vous recherchiez initialement, pour que si ça se reproduit dans le repas, vous puissiez vous dire « ah oui j’ai noté ça, j’ai ressenti la même chose, j’ai réussi à identifier quelle émotion c’était “x”, et au final ce dont j’avais vraiment besoin c’était ça », puisque quand la crise est passée on est plus lucide et on est capable de déterminer ce qu’il nous fallait vraiment.

D’avoir pris ce recul, d’avoir fait une sorte d’introspection, pourra vous permettre de mieux gérer les prochaines fois, et peut être, on ne sait pas, de combler et répondre à l’émotion autrement qu’en mangeant et en répondant au vrai problème.
Evidemment, c’est un travail sur le long terme, mais c’est pour vous donner des pistes.

La bienveillance

Enfin, dernier point et pas des moindres, c’est vraiment le maître mot, c’est bienveillant avec vous-même. La vie est courte, profitez-en. Si vous vous autoflagellez sans arrêt, c’est dommage parce que les autres ne le font pas pour vous, en tout cas pendant les repas de fête.
Profitez-en, vous allez craquer, mais tout le monde va craquer dans ces repas. Oui, vous allez manger plus qu’il ne faut, peut être que vous allez prendre du poids, mais ces moments sont vraiment précieux. Comme je vous l’ai dit, ce n’est pas que l’alimentation, ce sont des moments de partage, donc c’est important de profiter du repas dans son ensemble.

Et surtout, gardez à l’esprit que si vous respectez vos sensations de faim dans les jours qui suivent ce genre de repas, il n’y a pas de raison que vous gardiez le poids que vous avez pris pendant ces fêtes si vous en avez pris.

J’espère que j’ai pu vous donner quelques pistes pour gérer les repas de fêtes ! N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez une question ou une autre astuce pour gérer ces repas ! 
Passez de belles fêtes de fin d’année, profitez bien de vos proches, du repas, mangez ce que vous voulez, faites-vous plaisir !

Et vous, quelles sont vos astuces pour gérer les repas de fêtes ?