Vous êtes-vous déjà demandé à quoi servait vos compulsions alimentaires ? Ont-elles une utilité ? Devez-vous combattre vos compulsions alimentaires ?

Que vous les appeliez hyperphagie, crises de boulimie avec ou sans compensations, ou plus simplement compulsions alimentations, savez-vous pourquoi vous en avez ? Vous êtes-vous déjà posée la question : qui suis-je sans mes compulsions alimentaires ?

A quoi servent mes compulsions alimentaires ?

Vos compulsions alimentaires sont comme des bouées de sauvetage. Votre crise de boulimie n’est pas le problème en soi, elle vous sauve en réalité de votre mal-être.
En effet, sans vos crises de boulimie, vous ne seriez peut-être pas en train de me lire car ce sont elles qui vous permettent de survivre.

En fait on ne vous a pas appris à gérer votre mal-être de la bonne façon, et cela s’installe très souvent durant l’enfance. La première réponse, et parce qu’elle est facile à apporter, et ne demande pas d’énergie de la part de la personne, c’est de Manger. Et aussi parce que physiologiquement selon les aliments que vous mangerez, cela va envoyer de l’énergie à votre corps donc un apaisement provisoire. Sans parler de la libération de la sérotonine, l’hormone du bien être.

A force de répétition notre tête et notre corps comprennent que la solution la plus facile à mettre en place et la moins coûteuse en énergie est de manger pour se sentir mieux. Du moins à court terme…

Comment combattre mes compulsions alimentaires ?

Si vous me suivez depuis le début, il ne faut pas combattre ses compulsions car cela empirait votre situation. C’est comme si vous décidiez de crever votre bouée de sauvetage alors que vous êtes en pleine mer : MAUVAISE IDÉE !!

Cependant continuer de manger pour calmer votre mal-être, c’est comme faire l’autruche car votre apaisement ne dure pas sur le long terme puisque le fond du problème n’est pas résolu. Il a été camouflé, alors à la compulsions suivante ça ressort encore plus fort, et vous devenez dépendante de cette nourriture. Et qui dit dépendance dit aussi baisse de l’estime de soi qui vient s’ajouter à votre mal-être existant…

On tombe très vite dans un cercle vicieux, une spirale infernale : toujours plus de nourriture pour toujours plus de mal-être.

Mais je peux vous assurer que le point de départ de votre problème n’était pas la nourriture et bien un mal-être (qui vous est propre). Il s’agit donc de remercier son cerveau et son corps d’avoir mis en place des solutions pour survivre. Puis de leur dire que maintenant on va en chercher une qui fonctionnera sur le long terme.

Mon objectif lors des accompagnements privés : Chercher la meilleure solution qui vous convienne et qui soit plus adaptée que la nourriture.

N’arrêtez donc pas vos compulsions alimentaires mais allez plutôt creuser en vous et découvrir quel est ce point de départ, ce mal-être qui vous a poussé dans les bras de la nourriture.