Sel de Guérande, anchois de Collioure, ail rose de Lautrec… Les produits régionaux labellisés ont de multiples secrets. Les connaissez-vous?

Quel est le label le plus exigeant au niveau du goût?

Réponse

“L’indication géographique protégée, l’IGP” Le Label rouge atteste d’une qualité supérieure en goût ou en mode de production. Il concerne surtout les denrées animales, volailles, viandes et charcuteries. Les animaux sont élevés en plein air, nourris traditionnellement sans accélérateurs de croissance ou antibiotiques, et abattus plus tard. L’AOP, appellation d’origine protégée, est attribuée à des produits dont les caractéristiques sont liées à l’origine géographique ou à un savoir-faire traditionnel. Ce label officiel européen, apposé notamment sur les vins et sur les fromages, remplace peu à peu le sigle français AOC, appellation d’origine contrôlée. L’IGP, indication géographique protégée, garantit un lien avec un territoire plus vaste que l’AOP, tel le “miel de Provence”. Ces indications permettent de vérifier que le produit n’a pas parcouru des milliers de kilomètres.

Lequel de ses sels n’est pas détenteur d’une indication géographique protégée?

Réponse

“Le sel de Camargue” Contrairement à son riz, le sel de Camargue ne bénéficie pas d’une IGP. En revanche, le sel de Salies-de-Béarn (Pyrénées-Atlantiques) a rejoint le 16 juin 2016 celui de Guérande au rayon des condiments protégés par une IGP. Les sous-sols du village béarnais abritent une eau fossile plus salée que celle de la mer Morte et reconnue pour ses vertus thermales. Récolté par évaporation des eaux souterraines selon une méthode ancestrale, le sel est par exemple utilisé pour le salage de près de 1,250 million jambons de Bayonne par an, eux aussi IGP.

 

Qu’est-ce qu’une manouille d’ail rose de Lautrec?

 

Réponse

“Une grappe” L’ail rose de Lautrec (Tarn) est un ail à bâton, avec une hampe florale rigide, ce qui explique qu’il se présente en grappe, appelée “manouille”, en non en tresse. Selon la légende, l’ail rose de Lautrec serait apparu dans la région de Lautrec au Moyen Âge. Un marchand ambulant se serait arrêté au lieu-dit l’Oustallarié à Lautrec pour manger. Sans argent, il aurait payé avec de jolies gousses d’ail. L’hôtelier les aurait plantées, ce qui aurait popularisé l’ail rose, qui s’est ensuite développé dans la région. Après le label rouge obtenu en 1966, l’ail de Lautrec, a décroché l’IGP il y a 20 ans.

 

Sous combien de formes différentes peut être vendu l’anchois de Collioure?

 

Réponse

“3” L’anchois de Collioure (Pyrénées-Orientales), IGP depuis 2004, est vendu sous trois formes: anchois au sel, filets d’anchois en saumure, filets d’anchois à l’huile. La caractéristique particulière de l’anchois de Collioure repose sur le savoir-faire traditionnel artisanal incarné par les “anchoïeuses” qui sélectionnent et retirent à la main les filets d’anchois avant de les faire sécher sur du papier absorbant, sans aucune intervention mécanisée. S’ils débarquent à Collioure, les anchois viennent désormais des ports de Saint-Jean-de-Luz, de La Turballe ou de Lorient.

 

De quelle variété est issue la pomme de terre de Merville, IGP depuis 1996?

 

Réponse

“La bintje”  Mise au point aux Pays-Bas, la pomme de terre de Merville est cultivée dans 43 communes du Nord-Pas-de-Calais, dans la vallée de la Lys, depuis 1935. Elle doit ses qualités gustatives aux terres particulièrement riches en argile. Cette variété, également récompensée d’un Label rouge, est idéale pour faire des frites et la purée car son taux de matière sèche élevé (minimum 20%) garantit le croustillant et la consistance.

 

Où le gruyère de France est-il produit?

 

 

Réponse

“En Franche-Comté et en Savoie”  Originaire de Suisse, le gruyère a donné naissance à tous les grands “fromages de garde”, ces fromages à pâte pressée cuite et demi-cuite, qui servent à l’alimentation des villages de montagne isolés durant l’hiver. Certains massifs français ont ensuite développé leur propre gruyère, auquel un nom local a été donné, comme le gruyère de Beaufort ou le gruyère de Comté. Il existe ainsi un gruyère de France, au goût doux et fruité, produit en Franche-Comté et en Savoie. Il a été reconnu IGP en 2013. Contrairement au gruyère suisse, il contient des trous. Seules cinq races de vaches sont autorisées à donner leur lait pour le gruyère de France: la Montbéliarde (majoritaire), la Simmental, l’Abondance, la Tarentaise et la Vosgienne.

 

Quelle est la seule confiserie labellisée IGP?

Réponse

“La bergamote de Nancy ” Reconnue IGP en 1996, la bergamote de Nancy est fabriquée avec de l’huile essentielle de bergamote (un agrume qui ressemble au citron) de Calabre, une région italienne. Dans les années 1750, la bergamote est introduite dans la ville lorraine par René d’Anjou et René II, tous deux ducs de Lorraine. Le produit est alors réservé à la royauté. Le chef de cuisine du roi Stanislas en confectionne au roi qui adore du sucre d’orge à la bergamote. En 1857, le Jean Frédéric Godefroy Lillich pose le principe de la fabrication de la bergamote de Nancy: des bonbons carrés en sucre cuit, parfumé à l’essence de bergamote.

 

Quel fruit conserve son IGP une fois congelé?

 

 

Réponse

“Les mirabelles de Lorraine” La mirabelle de Lorraine ravit les gourmands au mois d’août avec sa pulpe juteuse et sa peau tendue. Mais seulement pour six semaines, la durée de sa saison, l’une des plus courtes pour un fruit! Afin que ce fruit soit consommé toute l’année, les producteurs ont investi près de 1,8 million d’euros dans une station de surgélation à Saint-Nicolas-de-Port, proche de Nancy, en 2004. Sitôt cueillies à maturité, les mirabelles sont lavées, séchées, coupées en oreillons puis surgelées. Le tout en moins de 24 heures. En 2009, le label IGP, jusqu’alors réservé aux mirabelles de Lorraine fraîches, a été étendu à celles surgelées.