On a pas tous la chance d’avoir un marché du tonnerre à côté de chez soi, avec des petits producteurs qui font encore pousser leurs tomates dans la terre…

 

Si tel est votre cas, vous achetez sûrement vos produits frais au supermarché ??

 

Certes, c’est pratique d’avoir tout sur place, mais cela ne veut pas dire qu’il faut pour autant s’en remettre totalement et aveuglément à l’industrie qui ne sait plus quoi inventer pour vous faire acheter tel ou tel produit.

Au supermarché, on est bien souvent seul, livré à nous même, sans petits producteurs pour nous aider à choisir nos produits. Alors on achète parce que le paquet est joli, ou parce qu’il y a marqué “FORMAT FAMILIAL” sur l’emballage (très gros outil marketing, soi dit au passage ^^).

 

Comme pour évaluer notre faim tout seul, nous avons aussi perdu l’habitude de bien choisir nos produits, alors qu’il s’agit pour la plupart des produits : de BON SENS !

Certains produits ont aussi leurs spécificités et j’ai donc décidé de vous faire faire un petit tour au rayon frais pour vous donner quelques pistes afin de choisir vos produits frais LE PLUS INTELLIGEMMENT POSSIBLE !

 

Préambule : De manière générale, préférez les aliments à la coupe plutôt que sous emballage : vous maîtrisez alors la quantité (et donc votre budget) et SURTOUT vous savez que le produit vient d’être tranché (et pas 1 semaine avant…).

 

Le Jambon blanc

Le jambon doit être rose pâle, non suintant ni trop brillant. N’en déplaise à certains mais un bon jambon doit contenir
du gras ! Plus précisément des filaments de gras, et non de gros amas fibreux. Rassurez-vous, la jambon est la plus maigre des charcuteries

Préférez le jambon supérieur, car il est sans polyphosphate, un additif qui permet de mieux retenir l’eau du jambon. Vous n’êtes pas sans savoir que si votre tranche de jambon sous vide est trempée, c’est parce que les jambons sont au préalable gonflés d’eau pour faire augmenter leur poids. Vous achetez donc de l’eau au lieu du jambon !

 

Le saumon fumé

Il doit être gras, mais pas trop. Pensez à regarder la taille des stries blanches du saumon : elles ne doivent pas être trop épaisses. Un conseil pour être sûr de ne pas se tromper : bannissez le saumon issu du Pacifique (Alaska), bien trop sec et trop pâteux. Préférez-lui celui d’Atlantique, Norvège ou Ecosse, qui est bien plus moelleux.

N.B : Salé au sel sec, le saumon est meilleur que s’il a été gonflé à l’eau salée. Qu’il soit fumé à la sciure de hêtre ou aux copeaux de chêne importe peu.

 

La viande rouge

La couleur et l’odeur sont deux indicateurs TRÈS importants. Une belle viande fraîche doit avoir un beau rouge bien vif, sans épanchement de sang, et toujours pareil du GRAS. C’est ce qu’on appelle le persillage de la viande : de minces filaments de couleur blanche dans la viande. La tranche doit être d’épaisseur régulière, sans trop de gras sur le bord.

N.B : Une viande pâle vient d’un jeune bovin, sans goût et pas toujours tendre. Une viande terne est légèrement oxydée, un processus biologique classique et normal ! En revanche, si votre viande a bruni ET a une odeur bizarre : NE LA CONSOMMEZ PAS !!!

Les saucisses et merguez

Il faut que la liste d’ingrédients soit la plus courte possible : gras et maigre de porc (saucisse), bœuf et agneau (merguez) ; épices, sel, poivre, boyau naturel, si possible SANS conservateur, ni dextrose, ni acidifiant, ni phosphate. Une saucisse ne doit pas être trop colorée. Préférez-la d’un rose très pâle, avec un gras peu apparent.

N.B : Une merguez, ou une saucisse, fraîche doit briller. Si elles sont ternes, évitez de les manger.

 

Le cabillaud

Le cabillaud est un poisson maigre que l’on trouve toute l’année chez le poissonnier. L’œil d’un cabillaud entier n’est jamais trompeur : vif, saillant, la pupille noire, brillante, la cornée transparente. Le corps est brillant et le ventre n’est pas flasque. S’il est raide, et un peu recourbé, c’est le signe d’une pêche récente.

FUYEZ s’il dégage une odeur de marée basse. En pavé ou en filet, la chair doit être ferme et d’un blanc nacré, surtout pas grisâtre.

 

Les œufs

Il existe un code pour les œufs qui vous indiquera comment la poule aura été élevée. Celui est OBLIGATOIREMENT inscrit sur la coquille de l’œuf. Devant le code, les lettres indiquent le pays d’origine (FR pour France, par exemple).

Code 0 : LE MUST : Les poules sont à l’air libre et ont une alimentation bio à 95%.
Code 1 : PAS MAL : Les poules sont élevées dans des volières au sol mais ont un accès en plein air.
Code 2 : PAS TOP: Les poules sont dans des volières au sol sans accès à l’extérieur ni à la lumière.
Code 3 : A PROSCRIRE : Les poules sont “élevées” (un bien grand mot vu leurs conditions) en cages. Les pauvres n’ont même pas la place d’étendre leurs ailes sans se gêner les unes les autres…

Le beurre

Si comme moi vous raffolez du beurre alors foncez sur la mention “Beurre de baratte”, qui garantit une fabrication la plus proche de la tradition. Les beurres standards sont plus cassants (sauf s’ils sont “tartinables”) et plus fades. Les beurres crus ont davantage de saveur que les beurres pasteurisés. Si vous voulez le top du top, dirigez-vous vers une Appellation d’Origine Protégée comme : Bresse, Isigny ou Poitou-Charente.

 

Les pommes de terre

Un produit de base avec lequel vous pouvez faire toutes sortes de recettes. Récoltées d’Avril à Juillet, elles sont dites “primeurs” et sont tendres avec une peau très fine. Récoltées à l’automne, elles sont dites “de conservation”, elles doivent alors être fermes, sans traces vertes, ni meurtrissures.

ATTENTION : Toutes ont subi un traitement retardant la naissance de germes (hydrazide maléique ou chlorprophame : substances très contrôlées). En agriculture biologique, on utilise de l’éthylène ou de l’huile de menthe. Pour retarder leur apparition chez vous, conservez-les dans le noir. N’oubliez pas, le germe n’est que le résultat de la croissance de la pomme de terre, cela n’altère en rien son goût !

 

La salade

Une belle laitue présente des feuilles gonflées de sèves et croquantes. Le trognon est encore blanc, légèrement laiteux, surtout pas brun ou noir. Pour trois ou quatre fois son prix vous trouverez la version en sachet : pas de conservateur dedans, mais une atmosphère enrichie en azote.

N.B : La scarole, la frisée ou la batavia se conservent mieux en sachet que la laitue ou la mâche.

 

Le pain

Le pain français est de renommée mondiale, alors faites-y honneur en choisissant le BON PAIN ! Sa croûte est de couleur caramel et doit craquer sous la pression du doigt. Les grignes (là où le boulanger a donné les coups de couteau) sont proéminentes et bien dorées. La sole (le dessous) est plate et croûtée, marque du four à convection à la cuisson lente, et non convexe et striée (four à chaleur tournante).

N.B : De préférence, ne l’achetez pas déjà tranché car il perd de ses arômes et sèche plus vite.


Et vous, quelles sont vos autres astuces pour acheter de bons produits frais ? Souhaitez-vous que je vous parle d’autres produits frais ? Dîtes-le en commentaire